nRelate - Posts Only

02/10/16 : Nouvel article sur les programmes de Maths au cycle 3 !

samedi 1 août 2015

En plein millieu de vacances, je souhaitais aborder un point qui me tient particulièrement à coeur et qu'il est toujours difficile d'expliquer avec des mots. Je vais donc tenter de le faire du mieux possible !

Ce que j'aime dans ma classe, et ce qui me tient particulièrement à coeur, est la relation que j'entretiens avec mes élèves.

Cela n'a pas toujours été simple, mais aujourd'hui, après une  petite quinzaine (!) d'années d'expérience, je pense avoir enfin trouvé mon rythme de croisière.

Le secret pour moi a été d'apprendre progressivement, au fil des années, à lâcher prise, à lâcher les rennes de la classe pour qu'elle ne soit plus totalement sous mon contrôle, mais qu'elle soit guidée par les élèves et moi-même, en tandem.

Avant de donner un exemple précis de ce que j'entends par là dans un prochain article, il me semble important de préciser quelques petites choses et de mentionner 8 'trucs' qui m'ont facilité la vie. Comme toujours, je suis bien consciente que les situations sont toutes différentes, donc ce qui fonctionne pour l'un ne fonctionnera pas forcément pour l'autre.

En attendant, voici ce qui marche pour moi, en espérant que ça serve à d'autres !



Il ne s'agit en AUCUN CAS de laisser les élèves faire ce qu'ils veulent quand ils le veulent. Comme je le leur rappelle très souvent, la classe est une communauté dans laquelle se trouvent des personalités très différentes les unes des autres. Nous n'avons pas tous la même histoire, la même culture, les mêmes valeurs parfois, mais nous sommes contraints de cohabiter pour l'année. Il faut donc faire souvent des concessions, tant de mon côté que du leur. Pour moi, il est vital que les élèves comprennent bien cette partie 'devoirs' allant de pair avec leurs 'droits'.


L'enseignant(e) doit rester le garant du bien-être de chacun. Comme je le dis très souvent à mes élèves, lors de conflits particulièrement, mon objectif est de fournir à mes élèves un cadre serein, dans lequel chacun se sente bien, afin que chacun puisse apprendre, car je suis là avant tout pour ça : enseigner.


Pour ce faire, il est impératif qu'une confiance réciproque s'installe entre les élèves et leur enseignant(e). Ce qui veut dire que la communication entre l'élève et l'enseignant(e) doit être la plus claire, la plus juste et la plus transparente possible. Si je fais une erreur, je n'ai aucun mal à le dire à mes élèves et à m'en excuser auprès d'eux. S'il m'arrive de manquer de patience, je sais le reconnaître. En échange, j'attends la même chose de mes élèves. Comme je leur dis souvent, errare humanum est, perseverare diabolicum. L'erreur est humaine ; on peut donc se tromper (dans son comportement, ou ailleurs). Par contre, on assume ses erreurs et leurs conséquences et on apprend de ses expériences, bonnes ou mauvaises.


C'est un long processus. Apprendre prend du temps, et Rome ne s'est pas faite en un jour. Le plus important est d'apprécier les progrès de chacun, au rythme de chacun. On ne transformera pas un élève 'difficile' en petit ange en une journée, ni même en une année (et ça n'est sans doute pas souhaitable !). Par contre, si on sait être patient(e) et à l'écoute, on obtient de très bons résultats sur la durée.


Accepter que tout le monde n'atteindra pas le même 'niveau' en fin d'année. Que ce soit sur le plan scolaire, ou sur le plan du comportement. On n'est pas là pour faire des élèves tous conformes, mais pour faire avancer chacun en fonction de son histoire, de ses besoins et de son rythme.


Le secret d'une bonne communication pour moi est de discuter, discuter, et encore discuter avec ses élèves. En tête-à-tête pour remettre les choses au point, en petit groupe ou en groupe-classe. Il est important de se dire les choses, et ce dans les deux sens. Mes élèves savent qu'ils peuvent me dire s'ils ne sont pas d'accord avec telle ou telle chose dans la classe, sur ma manière de fonctionner ou autre. J'accepte toutes les critiques. Ca ne veut pas dire que je fais tout ce qu'ils me disent et que je dis oui à tout. Mais j'écoute, j'entends, et je fais en fonction. Parfois il m'est possible de changer certaines choses, et je le leur dis, en les remerciant de m'avoir interpellée sur tel ou tel point. Parfois c'est non, mais là encore je leur explique pourquoi (nous avons des contraintes que les élèves ne connaissent pas toujours et c'est normal). 
C'est grâce à mes élèves et à leurs remarques que j'avance moi aussi, et que je progresse en tant qu'enseignante.
Mes élèves savent qu'ils peuvent venir me voir pour quoi que ce soit. J'ai ainsi des élèves qui viennent me voir pour des histoires de copains/copines, ou même pour me demander des conseils sur leurs amours ! Parfois, ce sont pour des choses plus graves. Il y en a d'autres qui n'en ressentent pas le besoin. Il faut toutefois veiller à accorder la même attention (même si cela est fait différemment) à chacun, et en particulier à ceux qui savent se faire oublier !


En particulier, avec les parents. Très, très important. J'ai très rarement eu de problèmes avec des parents, car depuis que je le suis moi-même, j'ai compris à quel point il était difficile d'élever des enfants et que globalement, les parents font ce qu'ils peuvent, même si parfois ça me paraît très éloigné de ce que je ferais moi. Je connais très peu de parents (voire aucun) qui agisse 'mal' volontairement avec son enfant. Ca part toujours d'un bon sentiment. A nous de ne pas juger, d'être à l'écoute et quand on sent une ouverture (et seulement à ce moment-là) de proposer des solutions, sans jamais imposer. Nous n'avons pas pour charge d'éduquer ni les enfants qui nous sont confiés, ni leurs parents.
Pour moi, les parents sont de véritables partenaires. Nous sommes dans le même bateau et notre but est que l'enfant se sente bien, aille bien et apprenne bien pour qu'il progresse. Le reste est accessoire.
Mais comme pour les élèves, certains parents ne sont pas toujours prêts à entendre ce que l'on a à leur dire sur leur(s) enfant(s). Il est important de garder à l'esprit que la plupart du temps, un parent 'agressif' est un parent inquiet pour son enfant. A nous de le rassurer et d'aller à son rythme. On ne gagne rien, selon moi, à entrer en conflit avec les parents.


S'amuser ! Et oui, c'est important que l'ambiance de classe soit bonne et que chacun - élèves et enseignant(e) - prenne plaisir à être en classe. On ne va pas se mentir : on a tous des jours avec et des jours sans, des jours où on n'a pas envie d'aller travailler, où on est fatigués, etc. Et c'est pareil pour les élèves. Malgré tout, si on arrive à dépasser cela, et à apprécier les bons moments passés en classe, alors c'est gagné ! Je fais constamment des 'blagues' à mes élèves, rigole avec eux, les 'chambre', et, comment dire... ils s'habituent très vite à mon second degré et à mon humour parfois pince-sans-rire. Je ne les ménage pas : je les bouscule parfois, mais en gardant toujours en tête ce que je veux leur apprendre, que ce soit scolairement bien-sûr, mais aussi au niveau des relations avec les autres, etc.


Voilà pour ce premier post sur le sujet ! La prochaine fois, je donnerai un exemple concret de ce que cela donne dans la classe. En attendant, je vous invite, si vous le souhaitez, à indiquer dans vos commentaires les éléments qui vous aident vous à mieux vous sentir dans votre classe !

Courage à ceux qui travaillent, et bonnes vacances aux autres !

35 commentaires:

  1. Je suis ravie de voir que tu reprends le chemin de ce blog avec régularité ! Encore un article bien pensé et percutant qui servira j'en suis sûre...

    RépondreSupprimer
  2. Je retrouve beaucoup de points qui me tiennent à coeur dans ton post.
    Mon plan d attaque préféré: l entraide. Car s entraider veut dire discuter, se dévoiler, se découvrir, s apprivoiser, faire des concessions, se faire confiance, se respecter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, l'entraide, c'est tellement important, et tellement difficile à obtenir !!! Bon courage en tout cas ! :)

      Supprimer
  3. Quel plaisir de retrouver tes articles ! Merci pour cet article passionné et passionnant, et bonnes vacances !

    RépondreSupprimer
  4. C'est un bel article qui me conforte dans ma pratique (je tends vers cela) et ma vision de l'enseignement. merci et bravo!
    Cécé (49 aussi !)

    RépondreSupprimer
  5. L’humain, toujours l'humain au-delà de l'élève, ... et de la maitresse.

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour cet article, c'est toujours un plaisir de te lire !
    Je rejoins complètement ton point de vue.
    Bon mois d'août !

    RépondreSupprimer
  7. Je me reconnais complètement dans ton article !! :)

    RépondreSupprimer
  8. Bravo pour cet article! Je suis bien contente de lire le paragraphe sur les parents, je trouve que finalement, si l'on parvient à gérer cela, c'est la clé pour éviter les "burn out" dans notre métier! Si l'on fait ce métier, c'est que l'on est bien avec les enfants, que l'on trouve notre équilibre en classe ... mais la variable "parents" n'est pas toujours facile à anticiper. Tu as raison, ils veulent le meilleur pour leurs enfants, la communication entre nous est ce qu'il y a de primordiale pour la réussite de l'enfant!
    Merci beaucoup !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement ! C'est tellement important d'avoir de bons rapports avec les parents ! Même si c'est parfois compliqué ! :)

      Supprimer
  9. Arrivant dans une nouvelle école dans laquelle les relations parents/enseignants étaient difficiles et en sortie natation dès fin septembre avec quelques parents accompagnateurs:
    " Je ne pensais pas que vous étiez aussi sévère avec les élèves...
    - Ah bon? Pourquoi?
    - Parce qu'ils vous aiment bien!"
    C'est vrai qu'en étant nouvelle dans une école, je n'ai pas lâché sur les règles de vie... on a passé une super année!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça !!! Etre ferme mais bienveillant, c'est tellement important ! :)

      Supprimer
  10. Très intéressant ton article !
    De mon côté, ce sont les projets qui me permettent de bien me sentir dans ma classe : cohésion, coopération et plaisir. :-)

    RépondreSupprimer
  11. Je ne l'aurais pas dit aussi bien ! En fait enseigner est juste une histoire de bon sens :) et les élèves et le maître doivent prendre plaisir...
    Ce que je fais également tous les jours ce sont des salutations ( emprunté au taï chi), cela permet de se poser de se recentrer, et cela prend 5 minutes. Et du Cp au CM2 ça fonctionne très bien D'ailleurs cette année, alors que j'étais un peu énervée en classe un de mes élèves m'a proposé de faire les salutations, effet garanti...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du bon sens, c'est exactement ça ! Ah oui, super l'idée des salutations !!! :)

      Supprimer
  12. Que j'aime cet article, comme tous ceux que tu écris d'ailleurs. #faninside ;-) Cela me donne très envie de reprendre mon blog d'école, pour pouvoir partager ta vision si juste et si respectueuse de l'enseignement. Merci pour ces lignes si inspirantes!

    RépondreSupprimer
  13. Très bel article ! Beaucoup d'outils proposés dans les classes coop permettent de tendre vers ces très jolis mots que tu as écrits dans les drapeaux... Je conseille de lire S. Connac qui nous explique comment (tenter d') y arriver...
    Bonnes fins de vacances !
    Espinath

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Argh, Sylvain Connac est sur ma to-read list depuis longtemps mais je manque de temps !!!!! :P

      Supprimer
  14. Merci pour le partage de ton expérience ! Je me raccroche à ce que j'ai pu observer dans ta classe cette année pour l'année à venir (pas de poste encore), et les suivantes également.
    Bonne continuation !

    Marie (en stage dans ta classe au mois de mai)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Marie !!!! Où as-tu atterri finalement ? Ca se passe bien ???

      Supprimer
  15. Merci, j'adhère totalement avec tes 8 points ! ça fait du bien de lire des mots, surtout que je me sens un peu seule parfois dans mon école à avoir cette vision de l'enseignement.

    Merci
    D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca n'est pas toujours facile de trouver des gens qui partagent ta vision, mais ça finit toujours par arriver. Bon courage ! :)

      Supprimer
  16. Merci pour ton article!!! Vraiment très intéressant et enrichissant ! Cette façon edp faire me colle bien à la peau! On m'a reproché de m'excuser auprès des eleves par soucis d'équité mais en te lisant je me sens zen ! Merci

    RépondreSupprimer
  17. Première visite sur le blog et premier billet avec un discours auquel je souscris complètement.

    Petite remarque tout de même concernant ce passage : "Nous n'avons pas pour charge d'éduquer ni les enfants qui nous sont confiés, ni leurs parents."

    Suivi de : "notre but est que l'enfant se sente bien, aille bien et apprenne bien pour qu'il progresse."

    Il y a là pour moi une légère contradiction, si notre but est que l'enfant aille bien et apprenne pour qu'il progresse, c'est-à-dire qu'il s'élève, alors nous sommes pleinement dans de l'éducation au sens étymologique du terme : "guider, faire progresser, pour se développer".

    Certes nous ne sommes pas les seuls garants de l'éducation des enfants mais nous y participons activement.

    Sur ce, je m'en vais lire la suite. Merci pour le blog !

    F.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca n'est pas faux ! Mais je parlais plutôt d'éducation dans le sens d'élever les enfants. :) Merci pour cette remarque pertinente ! :)

      Supprimer
  18. Coucou !
    Pour moi ce qui est important aussi ce sont les projets collectifs avec des échéances et des buts précis dans lesquels chacun s'implique à un moment donné. Dans mes classes c'est ce qui m'aide à créer une mouvance collective et un enthousiasme chez mes élèves...
    Merci encore pour tout ça ... !

    RépondreSupprimer