nRelate - Posts Only

02/10/16 : Nouvel article sur les programmes de Maths au cycle 3 !

mercredi 28 septembre 2011

Ecriture quotidienne

Chaque matin, en arrivant dans la classe, les élèves se mettent à leur bureau et ouvrent leur cahier d'écrivain. Pendant 10 minutes environ, ils ont pour mission d'écrire sur ce qu'ils veulent (ce qu'ils ont fait la veille, pendant leurs vacances etc.)


L'objectif :  qu'ils n'aient pas peur de la feuille blanche par la suite, que l'acte d'écrire n'entraine pas un blocage.

Ce cahier représente quelque part un journal de leur vie, donc ils écrivent la date dans la marge. Je leur indique que je lirai en diagonale leur cahier de temps en temps et que donc, s'ils ont des choses "privées" à raconter, ils peuvent simplement replier leur feuille et je ne lirais pas.

Cela fait plusieurs années que je fonctionne de cette manière dans ma classe. Bien entendu, nos activités d'écriture ne se limitent pas à cet exercice quotidien ! Il complète le travail que nous faisons en atelier d'écriture. Ce moment d'écriture du matin permet aux élèves de se mettre au travail dès leur arrivée en classe, de se concentrer tout de suite sur une tâche précise et cela leur permet également de gagner en aisance ! Sans compter que pour les parents, c'est une mine d'informations sur ce qui se passe dans la tête de leurs enfants !

68 commentaires:

  1. Magnifique idée! Tes élèves sont bien en 3rd-4th grade? (pour pouvoir comparer avec le système helvétique...). L'écriture du "journal" me manque ici, je trouve que c'est un élément essentiel dans les apprentissages, autant de l'écriture que de la lecture!

    RépondreSupprimer
  2. Alors mes élèves sont en 4th/5th grade ! Oui ça fonctionne très bien, les élèves deviennent très vite accros !

    RépondreSupprimer
  3. Tabi est en 12 th grade,et ils font la meme chose!!!!ils ecrivent tous les matins sur tout et n'importe quoi!la prof ne lit pas le journal ,mais verfie quand meme qu'il y a quelque chose d'ecrit! c'est un "senior journal" dans un beau journal /livre que ma fille gardera pendant longtemps!

    RépondreSupprimer
  4. Oui c'est super chouette ensuite de pouvoir relire ce qu'on écrivait quand on était jeune !!! C'est ce que je dis à mes élèves : surtout, gardez-les précieusement ! Ca vous fera bien rigoler dans quelques années !!!

    RépondreSupprimer
  5. J'ai pratiqué cette activité l'an dernier et les plus "jeunes" qui n'écrivaient que très peu au départ ont rapidement pris goût à cette activité et surtout avaient plus confiance en eux.
    Personnellement, j'ai aimé retrouver cet été dans des cartons mes écrits de jeunesse ! C'est vrai que c'est drôle.
    Elise

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,
    je viens de découvrir ton site et ta façon de concevoir l'enseignement me ravit et me donne plein d'idées que j'ai hâte de mettre en pratique dans ma classe (CM1).
    Ce petit temps d'écriture quotidienne est en effet très important car il donne un peu plus confiance aux enfants.
    Par contre, petite question: ça ne te dérange pas toutes les fautes d'orthographe? L'an passé, j'ai mis en place un carnet de lecture dans lequel les élèves notaient chaque jour 2 ou 3 phrases sur les livres qu'ils avaient lus; comme il s'agissait d'un écrit personnel, je me contentais de regarder, mais je dois dire que je me retenais de ne pas corriger leurs textes, tellement certains étaient bourrés de fautes! Evidemment, les parents s'en sont mêlés et il a fallu que je leur explique que l'objectif n'était pas de produire un texte parfait mais bien d'inciter les élèves à écrire quotidiennement, pour éviter le syndrôme de la page blanche. Ah, quel dilemne! As-tu une solution à m'apporter?
    En tout cas, merci pour ce que tu partages. Je reviendrai régulièrement sur ton site pour m'inspirer de tes bonnes idées.
    Nathalie

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Nathalie,
    Merci pour ton message !
    Pour l'écriture, tu as tout dit, non je ne corrige pas et non, ça ne me dérange pas puisque l'objectif pédagogique n'est pas l'orthographe mais bien l'expression par écrit. Pour moi, corriger les fautes est un confort pour les adultes, ça nous donne bonne conscience (à nous et aux parents) mais c'est l'arbre qui cache la forêt selon moi. Si on raisonne en terme d'efficacité pédagogique, corriger ou faire corriger les fautes d'orthographe, dans ce cadre (je précise !) est complètement inutile voire contre-productif. En un parce que tu risques de bloquer toutes les bonnes volontés d'écrire et que tu vas donc te retrouver avec des enfants qui refusent d'écrire et même se mettent à détester écrire (car pour eux écrire = encore un exercice purement scolaire dont je ne vois pas l'intérêt), en deux parce que tu rends la chose très contraignante et chronophage (pour eux comme pour toi) et en trois parce que, au final, qu'auront appris tes élèves ???
    Je préfère faire progresser mes élèves en orthographe dans des exercices spécifiques (entre autres la dictée).
    Et puis, il faut garder à l'esprit la manière d'écrire des plus grands écrivains. Ce qu'ils travaillent, c'est leur expression, pas leur orthographe ! Les manuscrits sont souvent plein de fautes et c'est ensuite aux éditeurs de les corriger, les écrivains ne s'occupent "que" de coucher le texte sur le papier !
    Le problème est qu'en France on a une très grande exigence sur l'orthographe (ce qui est important bien-sûr) mais que parfois on ne voit plus que ça alors qu'il y a bien d'autres choses à maîtriser par ailleurs !
    Concernant les parents, si tu es au clair avec les raisons qui te poussent à ne pas corriger et que tu leur expliques bien et que par ailleurs tu as des exigences en orthographe dans d'autres contextes, ça devrait normalement passer (je n'ai jusqu'à maintenant jamais eu de soucis de ce côté-là, mais ça pourrait arriver).
    J'espère avoir répondu à ta question !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Je suis enseignant en cm1, accessoirement maître formateur, même si dans l'état on ne forme plus personne... Je ne participe pas trop aux propos tenus ici concernant l'orthographe sous couvert de l'argument de "libérer l'écriture", ou que les élèves vont "détester écrire"... malheureusement (ou heureusement) écrire n'est pas qu'un acte littéraire et individuel et ne renvoie pas qu'au plaisir, c'est aussi un acte social de communication. Si l'on laisse, à mon avis, les élèves écrire en posant clairement comme principe: "vas-y n'ait pas peur, je dirai rien pour l'orthographe" et on verra ça dans des exercices spécifiques, alors il y a de fortes chances que les élèves pensent que l'orthographe ça ne sert que pour les dictées ! et au final, seuls ceux qui auront compris l'implicite que l'apprentissage de l'orthographe sert dans toute situation d'écriture s'en sortiront lorsqu'il faudra rédiger plus tard...un peu contraire aux principes égalitaires que nous avançons souvent non ???
      Personnellement l'exigence orthographique raisonnée (on exige ce que les enfants doivent maîtriser à leur âge... ou suivant leurs niveau de compétence) doit s'appliquer dans toute situation d'écriture, le journal intime (scolaire ou pas) n'en étant qu'une parmi d'autres...
      J'ai bien compris que l'objectif de ce temps rituel n'est pas dans le domaine de l'orthographe, mais à saucissonner les objectifs, ne saucissonne-t-on pas la construction et donc l'automatisation des notions ?
      Au delà de cela, on peut s'interroger, doit on bâtir les apprentissages uniquement sur la notion de plaisir ? quitte à passer pour un vieux ***, je ne le crois pas, je pense aussi que l'on peut prendre du plaisir à voir que l'on progresse dans sa maîtrise de l'écrit (dans toutes ses dimensions)...
      Joey

      Supprimer
    2. Bonjour Joey,
      Merci pour votre message.
      Je souhaitais rectifier quelques éléments. Effectivement, je n'ai pas d'exigences en terme d'orthographe dans l'activité ritualisée du matin. J'en ai cependant bien évidemment dans tous les autres domaines. Je n'ai d'ailleurs jamais dit ou écrit que je ne travaillais l'orthographe que dans un temps spécifique dédié.
      Comme chaque enseignant dans sa classe, je connais mes élèves et je sais que si je mets une trop grosse pression au niveau de l'orthographe dans l'activité d'écriture quotidienne, ils n'écriront pas. Je ne l'invente pas, c'est l'expérience que j'ai pu en faire et le retour des parents qui me permettent de pouvoir l'affirmer.
      A côté de l'activité ritualisée du matin, mes élèves écrivent des textes divers et variés pendant l'atelier d'écriture notamment. Je pense qu'à ce moment-là ils mesurent tout à fait le fait que, non l'orthographe ne sert pas que pour les dictées... je pense que vous avez par ailleurs mal compris les principes qui me guident quant à ma classe et mes élèves. Je vous invite donc à relire les différents articles que j'ai postés dans ce blog si vous le souhaitez.
      Les interrogations que vous avez sont néanmoins tout à fait justes et justifiées. J'ai moi-même réfléchi longuement à ces questions et les conclusions que j'en tire et que je partage ici restent ouvertes à la discussion.
      Quant à la notion de plaisir, il serait réducteur de penser que l'on ne construit des apprentissages qu'uniquement autour de celui-ci. Cependant, je suis persuadée que le plaisir est un moteur pour les apprentissages !

      Supprimer
    3. réponse amusante: celui qui dit qu'il n'est pas d'accord, c'est parce qu'il a mal compris...
      Ces questions demandent effectivement discussion, mais par post cela est trop réducteur à mon avis et serait interminable, rien ne valant l'échange direct à mes yeux.
      Désolé de ne pas participer au "Ouai, super !"
      "Cependant, je suis persuadée que le plaisir est un moteur pour les apprentissages !" sans aucun doute, mais loin d'être suffisant... combien de jeunes enseignants ai-je vu se ramasser dans leur classe parce qu'ils voulaient faire plaisir à leurs élèves ? en 12 ans de formation, beaucoup...
      Joey

      PS: situations d'écriture pratiquées en zep il y a 20 ans dans le cadre d'une recherche action sur l'entrée dans l'écrit... les ateliers de lecture, on appelait ça le temps de "lecture cageot"... en effet je n'ai pas bien compris...

      Supprimer
    4. Bonjour, étonnant de lire cette réponse : je ne pense pas que quiconque vous oblige à venir lire ce blog si ces pratiques vous paraissent si aberrantes...
      Vous êtes par ailleurs d'accord avec Alet puisqu'elle dit aussi dans sa réponse "Quant à la notion de plaisir, il serait réducteur de penser que l'on ne construit des apprentissages qu'uniquement autour de celui-ci. "
      Je pense que la pratique décrite ici perturbe les habitudes de classe à la française qui, je le rappelle, ne donnent pas de très bons résultats aux évaluations internationales... Ce n'est pas tant la notion de plaisir qui est présentée qu'une manière d'individualiser le travail scolaire tout en respectant la demande institutionnelle. Et on sait bien qu'un élève entre d'autant mieux dans les apprentissages si ceux-ci le concernent de près.
      On pourrait en parler des heures effectivement mais ce blog a à tout le moins le mérite d'exister pour nous inciter à nous retourner sur notre pratique.
      A chacun ensuite d'en prendre et d'en laisser... Si la vôtre vous satisfait pourquoi ne pas nous en faire part ?
      Bonne fin de week-end à tous, je m'en retourne à mes correction de travaux d'écriture justement !

      Supprimer
    5. Bonjour,

      Je reconnais bien dans les deux commentaires anonymes le type de réponses que m'ont fourni certains maîtres formateurs lorsque j'ai mis en place cette activité dans la classe. L'un d'eux a eu beau me harceler littéralement sur ce sujet il a fallu que je lui dise à un moment que, tout disposé que j'étais à la discussion, ses arguments (toujours les mêmes) ne me convainquaient pas, point barre.
      Oui, cher M. anonyme 2, M. Anonyme 1 n'a compris que ce qu'il a voulu comprendre, parce qu'il n'a pas pris en compte l'intégralité du message de l'auteur de ce blog, qui ne prône pas, de toute évidence, une éducation exclusivement centrée sur le plaisir.

      La France n'est pas - et de loin - un pays où le seul plaisir guide l'acte des enseignants. La France est un pays dont l'éducation globalement psycho rigide étouffe toute velléité créative des enfants. En particulier en ce qui concerne l'écrit.
      Que l'écrit soit un outil de communication, nul n'en doute. Mais par définition, dans un cahier intime, la communication est INTIME, donc destinée à PERSONNE, sinon à ceux à qui on aurait envie de faire passer un message (de détresse, d'amour...). Si la personne à qui on le montre nous raye en rouge nos erreurs d'orthographe, alors on ne lui donnera plus ce message à lire. Fin de l'expression.

      L'argument donné à ce stade par mon cher conseiller pédagogique fut de me dire que le cahier intime n'avait pas sa place à l'école. Belle négation des droits de l'enfant! Ainsi, dans l'école de la République, les enfants n'auraient même pas l'once d'un espace pour s'exprimer librement (certains n'ayant certainement pas la possibilité de le faire à la maison...). Belle idée de l'égalité républicaine!

      Sans complaisance, bravo à cette collègue qui a le courage de mettre en place ce dispositif contre les lubies de la bien-pensance institutionnelle !

      Supprimer
    6. Et puis il y en a assez du "et je sais de quoi je parle je suis maître fôrmateur" moa !

      Supprimer
    7. A "anonyme" maître formateur pro de l'orthographe : "n'ait pas peur" ???? N'AIT pas PEUR", vous avez bien écrit cela?
      Allez , "n'ait pas peur, je dirai rien pour l'orthographe", c'est beau cette expression paradoxale.
      C'est très poétique. C'est fait exprès ?

      Supprimer
  8. Merci beaucoup pour ta réponse qui me conforte dans ma pratique.
    Bonne continuation et à bientôt,
    Nathalie

    RépondreSupprimer
  9. Ca me fait drôlement envie...
    Est-ce qu'il n'y a pas des élèves qui bâclent ? Qui écrivent une ligne histoire de, et c'est tout ?

    RépondreSupprimer
  10. J'ai bien envie de mettre ce rituel en place avec mes CE2. Cela prendra le relais du cahier de vie que je pratique avec le cp-ce1, mais qui n'est plus du tout adapté aux CE2.

    RépondreSupprimer
  11. Charivari, effectivement, il y a toujours des enfants qui soit bâclent (une minorité je dirais)soit sont terrorisés à l'idée de passer à l'écrit... Donc ces élèves-là doivent être particulièrement "surveillés" au début par l'enseignant, afin de ne pas les laisser de côté. Le fait de les faire lire juste après cependant les "oblige" à écrire davantage qu'une ligne ou deux. Mais c'est sûr qu'il faut être vigilant !

    Sanleane, super, tu me diras si ça fonctionne avec tes CE2 ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !! Merci beaucoup pour tout ce partage pour commencer !!! Pour moi qui débute et qui veut faire plein de choses sans réussir à se fixer sur quelque chose, cela aide beaucoup !!
      Je voulais juste apporter mon expérience (courte ^^) sur le thème de ceux qui rechignent à écrire ! J'ai eu ce problème dans ma classe car j'ai une élève très en difficulté car terrorisée par le fait d'échouer. Vous vous doutez bien qu'elle ne voulait pas écrire. Je lui ai donc proposé de dessiner ce qu'elle voulait le premier jour. Ce qu'elle a fait. Le deuxième jour, pareil et je lui ai demandé d'écrire une phrase en dessous pour décrire son dessin. Pendant une semaine elle a fait ça. A la fin, je lui ai montré qu'elle avait réussi à écrire une phrase chaque jour. La semaine suivante, je lui ai dit d'imaginer le dessin qu'elle pourrait faire dans sa tête et de m'écrire simplement la phrase. Puis deux phrases, puis trois phrases. Au bout de trois semaines elle m'écrivait presque une page, comme si elle était débloquée sur le fait d'écrire. Donner des thèmes pour ceux qui n'ont pas d'idée peut aussi aider.
      Sans rentrer dans le débat ci-dessus, je voudrais simplement apporter ma façon de faire quant à l'orthographe. J'ai pu remarqué que l'on évalue très souvent l'orthographe et que cela terrorise certains de mes élèves. Pour le cahier d'écrivain, ce que je fais c'est qu'ils ont un code de correction (D pour dictionnaire, C pour conjugaison, M pour majuscule...) collé au début de leur cahier. Une semaine ils écrivent, et la semaine suivante, sur le même temps de 10 minutes chaque matin, ils corrigent à l'aide du code que j'ai inscrit. Ce n'est pas du tout évalué. Simplement, je tiens à leur montrer qu'il faut réinvestir tout ce qu'on apprend en classe dans ce que l'on écrit. Ils ne rechignent pas à corriger (ils vont chercher dans le dictionnaire, le bled... et aident un camarade quand ils ont fini), et pourtant j'ai des élèves très en difficulté.
      J'ai pu remarqué qu'ils n'écrivent pas moins (ils écrivent même de plus en plus), mais surtout, ils font moins d'erreurs (c'est flagrant !) car ils essayent d'appliquer ce que l'on a fait en classe (accords...).

      Ps : je rajoute toujours un petit commentaire, conseil etc...amusant sur ce qu'ils ont écrit pour les encourager dans l'imagination et l'envie de raconter des choses.

      Voilà voilà ! Ce n'est que ma façon de faire :)

      Merci mille fois encore pour tout ce partage et toutes ces idées. C'est une mine d'or et je suis tellement admirative du temps passé à partager tout ça ! Bravo !

      A bientôt !

      Supprimer
    2. Bravo pour cette manière de faire très intéressante ! Merci de l'avoir partagée avec nous ! :)

      Supprimer
    3. Une question pour Marie Je trouve ton idée très bonne concernant la correction Mais est-ce que tu corriges et mets les code de correction puis les enfants corrigent seuls et tu vérifies ? Peux-tu préciser ? Merci pour la réponse

      Supprimer
  12. Bonjour, j'ai juste une petite question : le sujet est finalement complètement libre, c'est bien ça? je commence à m'interroger sur l'idée et je vois que certains collègues lancent un sujet par une question. As-tu déjà pratiqué le cahier de cette façon aussi?
    Merci d'avance!

    RépondreSupprimer
  13. Choupakhi, oui le sujet est complètement libre. Après, pendant la première période, on s'entraîne à trouver des sujets. Le principe est vraiment qu'ils se "débarassent" de toutes les petites choses triviales qui les encombrent (genre ce que j'ai fait le soir chez moi) pour ensuite, dans l'atelier d'écriture, pouvoir écrire des textes plus intéressants !

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour,
    Une petite question : exploites-tu ce cahier en classe après ?
    Je m'explique, demandes-tu aux élèves de lire leur écrit (volontairement ou non) et fais-tu des commentaires sur ce qui est écrit (syntaxe, sens ...).
    En tous cas j'ai bien envie de mettre cela en place dans ma classe.
    Merci

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Pautatos,
    Tous les matins (voir l'article sur les rituels du matin) trois élèves lisent ce qu'ils ont écrit dans leur cahier d'écrivain. Ils lisent ce qu'ils ont envie de partager (pas forcément ce qu'ils ont écrit le matin même). Tous les élèves passent au moins une fois en quinze jours.
    Je lis de temps en temps ce qu'ils écrivent mais ne corrige pas la syntaxe (ni rien d'autre d'ailleurs) sauf quand ils lisent à la classe. Dans ce cas je les corrige à l'oral.
    Bon courage pour la mise en place ! :)

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,

    La production d'écrit est une vraie angoisse pour moi, je ne sais jamais comment m'y prendre comment mener mes séances pour rendre l'action d'écrire source de plaisir pour mes élèves!!

    En tombant sur ton blog je me suis rendu compte que finalement avec un peu de bonne volonté et beaucoup de ton expérience la production d'écrit pouvait être un vrai plaisir!

    Je me permets donc de tester tes idées comme l'écriture quotidienne pour commencer et à terme (certainement à la prochaine rentrée 2012) la mise en place des deux fois 45 min dans la semaine =)

    Un grand MERCI et un grand BRAVO pour ton travail!

    Lise

    RépondreSupprimer
  17. Merci beaucoup Lise de ton message ! Bon courage pour la mise en place de toutes ces activités ! :)

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour,

    Mon fils est scolarise en Nouvelle-Zelande ou on commence l'ecole la semaine de ses 5 ans. Tres rapidement, on demande aux enfants d'ecrire sur leur week-end, sur les sortie faites avec l'ecole...

    Les enfants ont 3 ou 5 mots par semaine a apprendre par coeur et petit a petit se constituent donc un repertoire de mots. La maitresse souligne certaines erreurs (surtout des mots qu'ils devraient connaitre) mais sans etre dans une logique de correction systematique qui pourrait faire perdre confiance. Le resultat, c'est que mon fils a tres rapidement ete content d'essayer d'ecrire des choses par lui-meme, meme a la maison, sans avoir peur de faire des erreurs.

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour,
    Dans ma classe (CP-CE1),les CE1 ont chacun un petit cahier (cahier de TP petit format, coupé en deux et couvert - par mes p'tites mains !- de papier journal tiré de ma collec' de journaux en langues étrangères), il s'appelle "Le p'tit Quoti de ..." et chaque matin, comme chez toi, on écrit ce que l'on souhaite: histoire inventée, tranche de vie, enthousiasme ou chagrin... Les enfants qui le désirent lisent de temps à autre, l'extrait de leur chois à la classe. Parmi mes CP, certains ont manifesté le désir d'avoi aussi leur "P'tit Quoti", mon exigence avec est qu'ils écrivent au moins deux fois par semaine (bon, OK, ce n'est plus un quotidien!!).
    Je ne corrige pas directement les fautes, mais réécrie au-dessous ce qui est mal orthographié, car en début de CE1, si on n'a pas le "décodeur" avec certains, c'est illisible pour un non-averti et kje dois dire que laisser des fautes me dérange tout de même. En recopiant et laissant leur texte vierge,j'espère à la fois leur laisser la liberté de s'exprimer et les inciter à utiliser les mots sans faute plus tard. Je laisse une totale liberté quant à la quantité, vu leur jeune âge. Parfois j'ajoute un commentaire au crayon à papier et ils aiment bien, cela crée une sorte de complicité qui reste muette. En tous cas, je recommence l'an prochain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Génial Babayaga ! Et merci pour ce partage de pratique ! :)

      Supprimer
    2. Un p'tit clin d'oeil car, aujourd'hui, j'ai eu deux demandes très appuyées de CP pour obtenir le Graal: un "p'tit Quoit" !! Demandes auxquelles j'ai accédées, bien sûr devant la motivation !!

      Supprimer
    3. Génial Babayaga !!! C'est super chouette ! :)

      Supprimer
  20. Bonsoir,

    J'ai une question au sujet de ton écriture quotidienne qui m'intéresse vraiment beaucoup ...
    Qu'en est-il des élèves dys, et notamment ceux pour qui écrire (psychologiquement ou physiquement) représente une réelle difficulté ? Est-ce un temps qu'ils apprécient ? (Je demande car j'ai 4 élèves dans ma classe des élèves "fâchés" mais vraiment fâchés avec l'acte d'écrire ...

    RépondreSupprimer
  21. Bonsoir,
    Je découvre ton site avec grand intérêt et pour cause : j'arrive en CM1/CM2 après la maternelle. Je suis donc à la recherche de témoignages divers et variés de ce qui marche. Cette écriture me fait vraiment penser au texte libre de Freinet. Ce pour quoi j'avais déjà opté dans mon emploi du temps comme un incontournable. Je te rejoins sur la correction orthographique; ce type d'exercice a bien d'autres fonctions comme celle d'évacuer parfois un quotidien trop lourd à porter. Alors même si nous ne sommes pas psy , on ne peut pas mettre de côté l'enfant pour ne vouloir travailler qu'avec l'élève.(je pense surtout aux élèves d'éducation prioritaire)
    Je pensais toutefois sélectionner de temps en temps un texte d'enfant (avec son autorisation) pour pouvoir le retravailler collectivement,l'enrichir et aussi procéder à un nettoyage orthographique collectif.
    En tout cas merci pour tout!

    Peggy (Marne)

    RépondreSupprimer
  22. Je vais me lancer cette année... Merci beaucoup, tes conseils sont très pratico-pratiques ce qui donne vraiment envie d'essayer...

    RépondreSupprimer
  23. Bonjour!

    Je sais que tu n'es pas dispo avant le 20 Aout, mais je te mets d'ores et déjà mon petit commentaire! ;-)

    Tout d'abord : "Bravo-merci" pour ce blog qui donne énormément d'idées...Je suis déjà en train de revoir complètement ma façon d'envisager ma pratique grâce à toi!

    Je voulais savoir comment se présentait ton cahier d'écrivain. Prends-tu un cahier petit format (type 17x22) ou un grand? J'ai déjà vu des collègues couper des cahiers 17x22 en deux ( format italien qu'ils appellent ça! lol). Penses-tu que c'est faisable ou trop petit?
    As-tu une proposition/idée de page de garde?

    Merci d'avance et bonne fin de vacances!

    Lisa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lisa !
      Et merci pour ton message !
      Mon cahier d'écrivain est un simple cahier grand format (21x29,7). Je n'ai pas de page de garde, on fait une jolie couverture par contre ! :)

      Supprimer
  24. Je n'y résiste pas. Voilà un petit poème de Queneau qui me paraît tout à fait idoine pour illustrer votre idée de cahier d'écrivain (chose que je pratique déjà depuis plusieurs années, mais en beaucoup moins aboutie et que je compte renouveler cette année, forte de vos idées si enrichissantes). Ce poème, je me laisserais bien tenter pour le mettre en introduction du cahier d'écrivain de mes élèves:
    "
    L’écolier
    Raymond Queneau

    J’écrirai le jeudi j'écrirai le dimanche
    quand je n'irai pas à l'école
    j'écrirai des nouvelles j'écrirai des romans
    et même des paraboles
    je parlerai de mon village je parlerai de mes parents
    de mes aïeux de mes aïeules
    je décrirai les prés je décrirai les champs
    les broutilles et les bestioles
    puis je voyagerai j'irai jusqu'en Iran
    au Tibet ou bien au Népal
    et ce qui est beaucoup plus intéressant
    du côté de Sirius ou d'Algol
    où tout me paraîtra tellement étonnant
    que revenu dans mon école
    je mettrai l'orthographe mélancoliquement "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Api !
      J'aime beaucoup ce poème ! :)

      Supprimer
  25. Bonjour,
    Cela fait plusieurs fois que je reviens sur cette idée de cahiers d'écrivains car j'ai de grosses lacunes en rédaction dans ma classe. Même si le cahier d'écrivain ne pourra pas remplacer des activités d'écriture annexes, je pense qu'il peut m'aider à me lancer plus facilement et impulser des choses intéressantes.
    Plusieurs remarques concernant l'orthographe, est-ce qu'il ne serait pas utile de rajouter un billet d'objectif "je dois faire plus attention à mon orthographe" (notamment pour les enfants qui ne segmentent pas les mots, ou les étourdis).
    Ensuite, tous les écrivains passent beaucoup de temps à se relire, à récrire. Je pense qu'il serait intéressant, que les enfants reviennent sur ce qu'ils ont écrit, ou ce que le voisin a écrit (la relecture à 2 est beaucoup plus facile) pour y apporter une modification. Dans ces cas-là, je ne vois pas d'autres solutions matérielles que de leur imposer d'écrire que sur les pages de gauches et que les pages de droite soit dédiées à la réécriture. Sachant que toutes les pages ne feraient pas systématiquement l'objet d'une relecture. Et que les pages de droites restées vides pourraient servir pour faire des illustrations.
    Qu'en pensez-vous ? Ai-je été claire ?
    J'espère avoir le cran de me lancer dans ce cahier.
    Je ne suis pas certaine de pouvoir assumer aucun toilettage orthographique devant les parents. Ha, pression sociale, quand tu nous tiens.
    Merci pour ce blog, formidablement !
    Flo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Flo et merci pour votre message.
      Le but du cahier d'écrivain n'est vraiment pas la réécriture, pour ça, il y a le temps d'atelier d'écriture à proprement parler. Le cahier d'écrivain ne sert vraiment qu'à libérer l'écriture et pas à produire des textes. Dans l'atelier d'écriture par contre, on relit beaucoup entre élèves, on réécrit etc. mais pas dans le cahier d'écrivain, ça n'est pour moi pas du tout son esprit ! :)
      Si on explique bien aux parents l'intérêt du cahier d'écrivain et que par contre tous les autres textes seront retravaillés, relus et corrigés, ça ne pose aucun souci ! :)

      Supprimer
  26. Bonsoir

    Lors de l'écriture quotidienne, est-ce que les enfants qui le souhaitent lisnet leur texte à leurs camarades ou ces textes restent-ils vraiment personnels ?

    Merci pour ce partage, c'est vraiment chouette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Oui ça fait partie des rituels du matin, trois élèves lisent ce qu'ils ont écrit, mais ils ont le choix de ce qu'ils lisent ! Ils ne sont pas obligés de lire ce qu'ils ont écrit le matin même ! :)

      Supprimer
  27. Très intéressant ton blog et cet article! Tu vas être une grande source d'inspiration pour moi cette année! Merci beaucoup!

    RépondreSupprimer
  28. Bonsoir!
    Merci encore pour tous ces échanges, c'est vraiment très chouette. J'ai une question: j'ai démarré le cahier d'écrivain à la rentrée, et beaucoup de mes élèves ne "savent pas quoi écrire". J'essaie de leur donner des idées, mais sorti du "raconte ce que tu as fait ce week-end ou la veille au soir", j'ai un peu de mal à leur trouver des idées et à les sortir du blocage. Que dis-tu à tes élèves qui "bloquent"?
    Merci merci encore pour tout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Julie,
      Je trouve personnellement que pour un début d'année, c'est pas mal d'être dans ce qu'ils ont fait la veille ou le weekend... En général, je leur demande d'abord de me raconter, puis je leur dit de le noter ! Je demande au moins une phrase, après ça évolue ! :)

      Supprimer
  29. Juste un mot pour dire MERCI avec le recul des 3 (ou 4 déjà !?) semaines depuis la rentrée...
    Je me suis lancée cette année pour ce jogging matinal...
    Et les enfants et la maitresse sont ravis...
    Avec un mix des différents articles de différents blogs...
    les prolongements, variantes, exploitations sont infinies !!!
    J'aime
    Merci encore
    Anne

    RépondreSupprimer
  30. Un grand merci pour ces idées..pour ce site.Quel super travail.Et que d'idées interessantes et surtout motivantes pour les enfants.
    Depuis la rentrée de janvier, j ai instauré ce rituel dans ma classe à savoir commencer la journée par l'écriture.Je suis vraiment heureuse et étonnée des écrits des enfants.Certains ,je pense ,se libèrent ...n'osant pas s'exprimer oralement,ils écrivent..j'ai une classe assez difficile à gérer (nombreux conflits, violence verbale,exclusion..etc).Je trouvais déjà l'idée géniale avant de lire les écrits des enfants mais suite à cela ça ne fait que renforcer mon envie de continuer je suis très très heureuse du résultat Justement je revenais sur le site afin de voir quelle suite donné à ce travail..et j"ai déjà trouvé une ou l'autre réponse..Je reviendrai vous donner des
    ....Encore mille mercis..J'aime beaucoup votre façon de travailler.

    Clarisse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo Clarisse pour ce que vous avez mis en place ! C'est chouette que ça vous plaise ainsi qu'à vos élèves ! :)

      Supprimer
  31. Bravo et mille mercis,ce n'est pas très original mais très sincère ...depuis dimanche soir que j'ai découvert votre site totalement par hasard j'y reviens dés que j'ai un moment.Vous avez réussi à faire ce que je n'ai jamais pris le temps de réaliser, coucher sur le papier ma pratique.Ce qui est merveilleux c'est que je suis d'accord avec tout.Bien sur ,il y a bien quelques petite modifs par ci par là le niveau de classe j'ai un CE2.autre petit détail je ne maitrise pas suffisamment la langue de Shakespeare, pour lire des ouvrages de pédagogie mais je le regrette amèrement et qui sait vous pourriez être l'élément déclencheur...
    encore merci et à bientôt
    Tatiewoo

    RépondreSupprimer
  32. Bonjour !
    MErci vraiment pour tout ces articles qui font évoluer nos façons de travailler !!!
    Je pense mettre en place des ateliers lecture et écriture à la rentrée ainsi que le cahier d'écrivain.

    J'ai des questions :
    - pratiques-tu l'écriture quotidienne tout au long de l'année ?
    - si tu apportes des idées aux élèves en panne d'inspiration ou des contraintes d'écriture (écrire une liste etc...), le fais-tu dans le cahier d'écrivain ou dans le cadre des ateliers d'écriture ?

    Merci d'avance pour ta réponse et à bientôt
    Gala69

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gala69 !
      Oui pour l'instant je le fais toute l'année. Quand je donne des pistes, c'est toujours dans le cahier d'écrivain, c'est vraiment un cahier d'entraînement à l'écriture alors que l'atelier c'est plutôt l'application de ce que l'on a appris dans le cahier d'écrivain ! :)

      Supprimer
  33. Bonsoir!
    Je suis enseignante en CE2. Nous comptons avec une collègue mettre en place le cahier d'écrivain, et j'avoue que je suis plutôt impatiente.Je trouve l'idée et le dispositif très intéressants.
    Je suis surprise, à la lecture des commentaires anciens, de voir un début de "polémique" autour de ce cahier d'écrivain, quant à la sacro-sainte orthographe. En fait, non, je ne le suis pas tant que cela.
    Je ne souhaite pas souffler sur les braises. Je souhaite juste ajouter ceci:
    J'enseigne depuis 10 ans, principalement en cycle 3, et force m'est de constater que la fameuse production écrite/rédaction est l'un des exercices les plus discriminants, socialement parlant. Etrangement, ceux qui s'en sortent le mieux sont toujours des élèves issus de familles où on préfère lire une bonne BD plutôt que de regarder Loft Story, où on va au musée de temps en temps, où savoir des choses sur le monde n'est pas considéré comme la pire des tares. Cela n'a bien évidemment rien avoir avec le poids du porte-monnaie- ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit ;-)
    J'ai tourné sur pas mal d'écoles en début de carrière, avec des profils et des publics divers et variés. Et toujours le même constat.
    J'en suis arrivée à me demander si travailler cela en classe était vraiment nécessaire, puisqu'un certain déterminisme social semblait s'inviter dans la danse.
    J'en suis arrivée même à me demander si on n'exigeait pas de nos élèves quelque chose qu'ils étaient totalement incapables d'atteindre.
    Bien évidemment, j'ai continué, puisque c'est mon métier, c'est ce qu'on attend de moi. Mais je reste perplexe.
    Cependant, le cahier d'écrivain me paraît tout à fait approprier pour mettre en place ce que la créatrice de ce blog défend: ne plus avoir peur de la page blanche, ne plus trouver l'acte d'écrire ringard.
    Pour le reste, il y a les ateliers d'écriture( qu'on trouve aussi très bien avec ma collègue !)
    Félicitations pour ce blog pertinent et très riche.
    Merci pour le partage.
    Et bonnes vacances très ensoleillées!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour toutes ces réflexions très intéressantes ! Je pense aussi qu'on est à un tournant aussi bien sociétal que pédagogique (forcément liés). En tout cas c'est intéressant mais aussi un peu stressant car c'est l'inconnu... Bonnes vacances en tout cas ! :)

      Supprimer
  34. J'ai bien tout lu, polémique y compris, et je me lance dans le cahier d'écrivain moi aussi à la rentrée prochaine.
    Jusqu'à présent, je faisais un journal (quotidien en début d'année puis hebdo à la fin) dans lequel les élèves notaient ce qu'ils avaient appris sur la journée, et ce qu'ils avaient aimé ou pas et pourquoi. 2 phrases en début d'année qui s'étoffaient...mais un côté répétitif qui devenait lassant.
    A côté de ça, des plages d'écriture de texte, qu'on recopiait au propre après correction, tout le monde avec le même sujet.

    J'ai envie de tenter l'écriture libre (moi aussi, à l'école, j'ai fait des textes libres quand j'étais petite)et j'aime l'idée de ne pas forcément corriger tout. Mais...
    j'ai du mal à dire à mes élèves (comme je le fais souvent) "tu pourras aller relire ce que tu as écrit" si c'est bourré de fautes...
    Cruel dilemne...
    Je pensais donc "matérialiser" différemment les textes de mon cahier d'écrivain (ou d'écriture, comme je l'appelais avant).
    Des moments d'écriture libre, avec un titre (texte libre, ou écriture libre) et la date. En plus, j'ai pensé à faire tracer par exemple un trait de couleur dans la marge, de la hauteur du texte. Cela matérialiserait les textes libres pas corrigés. Si l'enfant le souhaite, sans sanction, sans reproche, mais pour avoir un "produit fini", on peut corriger les fautes, moi, ou les parents, avec l'élève...
    Quand le texte est corrigé, on l'encadre : ça signifiera que c'est "sans faute"... (enfin j'espère, après certains parents, il faut repasser...
    Je vois bien ça sans stylo rouge quand même, éventuellement du noir pour moi, histoire que ça ne "salisse" pas le texte.

    A côté de ça, les textes écrits en ateliers seraient recopiés au propre et illustrés sur des pages entières (alors qu'on peut écrire plusieurs textes libres sur une page). Là, plus de faute (correction après recopiage...)

    Et à la fin du cahier les leçons, les pistes d'écriture, les aides...

    J'aimerais avoir ton avis d'expert ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une bonne idée ! Tu me diras quand tu l'auras testée ? Merci ! :)

      Supprimer
    2. C'est une super idée, mais qui risque de devenir chronophage si les élèves sont tous motivés pour corriger leurs textes... comment faire alors ?

      Supprimer
  35. Bonjour je me demandais comment tu comptes ce temps dans ton emploi du temps? Est-ce que le temps dédié à l'écriture est compris dans les 20 minutes de rituels en français, ou est-ce pendant que les élèves ne sont pas encore tous arrivés, et donc avant l'heure du début de ton emploi du temps?
    Merci de ta réponse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Oui ce temps est compté dans les rituels ! :D

      Supprimer
  36. Bonjour,
    Un grand merci pour toutes ces bonnes idées ! Je suis T2 et j'ai un problème avec mon 25% en CM2 les vendredis : l'ambiance de classe est vraiment horrible avec des enfants qui s'insultent et se battent. Bref je passe mon temps à faire la police. Je pensais mettre en place un rituel de mise au travail immédiate (avec une autre classe à 25% je commençais par de la lecture à voix haute et cela marchait TB mais là je n'ai pas de livres de lecture "inutilisés" (le livre de lecture étant utilisé par la titulaire). L'idée du cahier d'écrivain me semble intéressante mais j'ai peur qu'ils écrivent des "bêtises" pour faire rire les autres (comme pour les règles de vie de classe avec des "ne pas péter"...)...comment réguler cela ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      C'est un vrai problème très complexe quand on n'est qu'à 25%...
      Il faut que tu restes très ferme et que tu les remettes à leur place quand ils débordent. Bien-sûr qu'ils vont tester et écrire des bêtises! Ils ont dix ans! Sers toi de ça pour faire passer tes messages... Utilise le sarcasme (c'est une seconde nature chez moi!) ça fonctionne bien... (tout en restant respectueuse bien-sûr!) et surtout bon courage, je pense que c'est une bonne idée de les mettre au travail tout de suite! Au début ils vont ricaner mais ensuite ils vont s'habituer je pense... :)

      Supprimer
  37. Merci beaucoup pour toutes ces lectures que tu offres à chaque visiteur! J'aimais me balader sur ton blog, lire tes articles, les commentaires de chacun même si j'enseignais en maternelle ou n'avais pas ma classe. A la rentrée, j'ai un cycle 3 complet. L'idée du cahier d'écrivain c'est tout de suite imposée à moi, cahier d'écrivain personnalisé par chaque élève dès la couverture.
    Merci pour toutes ces idées qui nous bousculent. Je suis tellement tentée par plein de choses mais en même temps, ne sais comment me lancer avec ce triple niveau!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sarah-mounette!
      Merci pour ton message!
      Il faut prendre les choses les unes après les autres et se laisser du temps! Ca va bien se passer!
      Bon courage et bel été! :D

      Supprimer
  38. Je pense utiliser cette idée à la rentrée, pour canaliser les élèves quand ils entrent dans la classe.
    Merci beaucoup !

    RépondreSupprimer